Désirer tant

Quatrième texte de l’autrice et metteuse en scène Charlotte Lagrange, Désirer tant creuse le sillon d’une écriture à la croisée de l’intime et du politique en déployant une fresque sur trois générations de femmes, de la deuxième guerre mondiale à aujourd’hui.


Création les 7, 8 et 9 novembre 2018
à la Filature – Scène Nationale de Mulhouse dans le cadre des Scènes d’automne en Alsace

Tournée 2018
7, 8 et 9 novembre 2018 : La Filature – Scène Nationale de Mulhouse
Du 5 au 9 décembre 2018 : Le NEST – CDN transfrontalier de Thionville Grand-Est
Le 13 décembre 2018 : Nouveau Relax – Scène Conventionnée de Chaumont

Texte et mise en scène : Charlotte Lagrange

Avec : Jonas Marmy, Julie Palmier, Clara Lama Schmit, Marie-Aude Weiss et Hugues De La Salle

Collaboration à la mise en scène : Valentine Alaqui

Dramaturgie : Mariette Navarro

Musique et sons : Samuel Favart-Mikcha

Lumières : Mathilde Chamoux

Régie générale : Baptiste Douaud

Scénographie : Camille Riquier 
assistée de Juliette Desproges

Costumes Oria Steenkiste assistée de Louise Perra

Administration Le Bureau des Filles / Annabelle Couto et Véronique Felenbok

Diffusion : Olivier Talpaert – En votre compagnie

Saga familiale sur 3 générations

L’histoire familiale a ses trouées et ses résurgences. Drames et petites misères, poids des silences et tabous. Charlotte Lagrange signe une fresque au féminin où chacun se débat au milieu de l’éclat de ses désirs se fracassant contre les carcans sociaux, où l’ivresse de vie valse avec les ballottements de l’Histoire sur un flonflon lancinant.

Thomas Flagel, Poly

C’est en Alsace que cela se passe, au bord d’une forêt de sapins embrumés et habités par les fantômes de la vie d’Olga…
En un coup de fil, Véra apprend d’un même coup l’existence et la mort d’une grand-mère qu’on lui a cachée toute sa vie. Elle accompagne sa mère sur les lieux de la dispersion des cendres, en Alsace, à la lisière d’une forêt de sapins. Mais les fantômes qui peuplent cette forêt croient reconnaître en elle la défunte, cette femme qu’ils ont aimée, désirée, et attendue jusque dans leur mort. Ils amènent alors Véra à retraverser l’histoire en rejouant elle-même la vie de cette grand-mère inconnue. Un parcours où désir et temps dialoguent, s’affrontent et tentent de se dissocier pour suivre une quête insatiable de liberté.
« Je suis partie de l’histoire de ma grand-mère qui n’a jamais regretté son incorporation de force dans le Reich allemand parce qu’elle y a trouvé un échappatoire à la violence familiale. Après la guerre, elle s’est mariée avec mon grand-père juif, sans que ce passé ne semble préoccuper l’un ou l’autre, comme chacun trouvait dans le couple un refuge pour ne pas appartenir à la grande histoire. 
A partir d’eux ainsi que des récits que j’ai collectés, j’ai eu envie de déployer le parcours devenu fictif d’une femme, de son désir sexuel comme de sa quête de liberté, dans la grande histoire. D’interroger la manière dont la politique s’immisce dans l’intime quelque soit la conscience qu’on en a. Et de raconter comment cette tension entre l’intime et le politique se transmet de génération et génération et précisément ici, de mère en fille.  »

Charlotte Lagrange

Ce texte est lauréat de l’Aide à la création de textes dramatiques – ARTCENA

Production : La Chair du Monde

Coproductions : La Filature – Scène Nationale de Mulhouse, Le NEST – CDN transfrontalier de Thionville-Grand Est, Le Nouveau Relax – Scène Conventionnée de Chaumont.


Avec le soutien de : La DRAC Grand Est, la SPEDIDAM, La Comédie de Béthune – CDN Hauts-de-France, Théâtre Joliette, Scène Conventionnée pour les écritures contemporaines, La Chartreuse de Villeneuve-Lez-Avignon – Centre National des écritures du spectacle, Théâtre Ouvert et avec la participation artistique du Jeune Théâtre National. La compagnie est en convention triennale avec la Région Grand-Est dans le cadre de l’aide à la structuration.
Lieux de résidences : Le Nouveau Relax – Scène Conventionnée de Chaumont, La Menuiserie – TIL de Mancieulles, La Filature – Scène Nationale de Mulhouse, Théâtre Joliette – Scène Conventionnée pour les expressions contemporaines