La compagnie La Chair du Monde a été créée en 2011 par Charlotte Lagrange, autrice et metteuse en scène qui a choisi de l’implanter à Strasbourg, dans sa région d’origine où elle a suivi une formation de dramaturge et de metteuse en scène à l’école du Théâtre National de Strasbourg de 2007 à 2010.

Le nom de la compagnie annonce son projet : parler du monde depuis une chaire qui ne pourra qu’être incarnée dans une chair, un corps partie prenante, une vision toujours subjective. Car, comme le dit Merleau-Ponty, philosophe auquel cette expression fait directement référence, nous ne pouvons voir le monde qu’en étant nous-mêmes visibles, nous ne pouvons le toucher qu’en étant nous- mêmes touchés. Aussi parler du monde et parler de la manière dont il est ressenti sont un seul et même mouvement que la compagnie tente de creuser depuis son premier spectacle, L’âge des poissons.

L’univers de la Chair du Monde est un théâtre entre chien et loup qui joue sur les troubles de la perception, sur l’ambiguité entre la réalité et les songes pour raconter le monde d’aujourd’hui non pas tel qu’il serait objectivement mais tel qu’il est ressenti profondément et sensiblement. Chaque spectacle cherche à interroger le politique par le biais de l’intime. En postulant que l’intime est toujours déjà politique. Et en tramant la grande aux petites histoires pour placer l’humain au centre des regards, face à ses responsabilités, ses contradictions, ses cheminements sans univocité. Le théâtre se fait ainsi lieu de l’ambiguïté, jeu de perception, pour raconter le monde non pas tel qu’il est, mais tel qu’il est ressenti.

Si Charlotte Lagrange initie l’écriture du texte en amont des répétitions, le texte n’est fini qu’à la première du spectacle. Il fait l’objet d’une réécriture progressive en fonction d’abord des mises en lectures qui permettent d’affiner la langue et d’entendre comment sonne le propos, puis au fil des improvisations qui font repasser les scènes déjà écrites dans le chemin intérieur des acteurs et réinspirent de nouvelles scènes, et enfin au fur et à mesure de la mise en scène proprement dite où chaque élément, l’univers scénographique, les propositions de lumière, de son, de musique ainsi que le jeu des comédiens, infèrent sur le texte autant que le texte les détermine.

Depuis la première création de la compagnie, L’âge des poissons, en 2013, une équipe s’est peu à peu constituée autour de Charlotte Lagrange. Créateur son, lumière, scénographe et comédiens sont partie prenante du processus d’écriture scénique.

La compagnie La Chair du Monde est conventionnée par le ministère de la Culture (Direction Régionale des Affaires Culturelles du Grand Est) et par la Région Grand Est.

Les spectacles Désirer Tant et Les Petits Pouvoirs bénéficient du soutien de la Charte d’aide à la diffusion signée par l’Onda, l’Agence culturelle Grand-Est, l’OARA Nouvelle Aquitaine, l’ODIA Normandie, Occitanie en scène et Spectacle Vivant en Bretagne.

Depuis 2020, la compagnie est associée
au NEST – CDN Transfrontalier de Thionville-Lorraine dirigé par Alexandra Tobelaim
au Théâtre du Beauvaisis – Scène Nationale de Beauvais dirigée par Xavier Croci.
Depuis janvier 2021, elle est également associée
au Théâtre des Îlets – CDN de Montluçon dirigé par Carole Thibaut
et à l’ACB – Scène Nationale de Bar le Duc dirigée par Thierry Bordereau.

L’équipe administrative de la compagnie est composée de Fatou Radix, en production exécutive et de Sebastien Ronsse et Gabrielle Dupas qui l’accompagnent en développement et diffusion via la Boîte Noire.

SPECTACLES

  • 2020 L’Araignée, création à Théâtre Ouvert en hors les murs à la MC93 – Paris / Bobigny
  • 2018 Désirer tant, création à la Filature – Scène Nationale de Mulhouse, coproduction NEST-CDN transfrontalier de Thionville Grand-Est, et Le nouveau Relax – scène conventionnée de Chaumont
  • 2017 Tentative de disparition, création à Chaumont, Scène conventionnée. Tournée en salle et hors les murs dans le Grand-Est et à MA-Scène Nationale de Montbéliard.
  • 2015 Aux Suivants, création à la Comédie de l’Est, Centre Dramatique de Colmar. Tournée à la comédie de Béthune, la comédie de St Etienne, MA Scène Nationale de Montbéliard, Théâtre en Mai, Théâtre Paris-Villette, Théâtre de Cornouailles
  • 2015 Je suis nombreuse, commande pour une circassienne de Château Rouge, Scènes du Jura, Am Stram Gram
  • 2013 L’âge des poissons, création à la Filature, Scène Nationale de Mulhouse. Tournée en Lorraine, Alsace, Théâtre en Mai

Charlotte Lagrange est autrice et metteuse en scène ainsi que dramaturge et enseignante. Elle a été formée à l’école du Théâtre national de Strasbourg après des études de philosophie à la Sorbonne et un Master professionnel mise en scène et dramaturgie à Nanterre.
Elle e a écrit et mis en scène L’Âge des poissons, librement inspiré du roman Jeunesse sans dieu d’Ödön von Horvath, Aux Suivants, spectacle sur la dette économique mais aussi morale, voire familiale; Je suis nombreuse solo sur l’identité multiple; Tentative de disparition, spectacle sur la contamination de la politique dans le couple et Désirer tant, spectacle et texte sur le lien entre grande et petites histoires à travers trois générations de femmes. Cette pièce a été lauréate de l’aide à la création Artcena, accessit du prix du Café Beaubourg et sélectionnée par le comité de lecture ALT. Durant ces années, elle a mené de nombreuses créations participatives notamment sur le territoire de Montbéliard avec MA – Scène nationale. Ces créations, les rencontres qu’elle a faites avec des mineurs étrangers et les personnes chargées de l’accueil, ainsi que les entretiens qu’elle a mené sur le territoire l’ont nourri dans l’écriture de L’Araignée, pièce éditée chez Théâtre Ouvert Éditions / Collection Tapuscrit. Elle a créé ce monologue à Théâtre Ouvert en hors les murs à la MC93 en mars 2020. Elle a depuis écrit Les Petits Pouvoirs, sélectionné par le festival du Jamais Lu – Théâtre Ouvert en octobre 2019, qu’elle créera en 2022.
Elle a également écrit dans le cadre des projets Binômes avec un scientifique de la compagnie le sens des mots, la pièce Drone Control, et pour le projet européen Between Lands porté par la comédie de Reims, une pièce sur la gentrification intitulée Une place dépeuplée qui sera créé radiophoniquement pour Théâtre Ouvert.
Elle est également intervenante en faculté d’Art du Spectacle à Strasbourg, et elle travaille régulièrement pour le Temporairement Contemporain, revue du festival d’écritures contemporaines de la Mousson d’été. Comme dramaturge, elle a travaillé auprès de Frédéric Fisbach, Laurent Vacher, David Lescot, Arnaud Meunier, Lukas Hemleb, Jean-Paul Wenzel et Joël Jouanneau.

Clara Lama Schmit est comédienne. Elle a rejoint la compagnie à partir de la création de Désirer tant dans laquelle elle joue Liesel.

Elle est née et a grandi à Madrid en Espagne. Elle arrive en France en 2007. Après un passage au cours Florent (2009-2012), elle intègre le Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique en 2012 où elle travaille notamment avec Daniel Mesguich, Michel Fau, Bernard Sobel, Yann-Joël Collin et Sandy Ouvrier. Elle a travaillé sous la direction de Vincent Macaigne dans « En Manque », spectacle créé en décembre 2016 au Théâtre de Vidy Lausanne et en tournée jusqu’en 2018. Elle a également travaillé avec Adeline Flaun dans “Pas vu pas pris, qui ne dit mot consent et autres croyances populaires” créé en janvier 2018 à Tropiques Atrium – Scène Nationale de Martinique. Elle est actuellement en phase de travail d’écriture et de mise en scène de son premier projet “Il fera chaud dans nos tombes” très librement inspiré de l’Andromaque d’Euripide.

Marie-Aude Weiss est comédienne. Elle a joué Aux Suivants et Désirer tant, dans lequel elle incarne Katell.

Après une formation au conservatoire cycle intensif de Besançon et l’école Pierre Debauche, elle a travaillé avec différents metteurs en scène de centre dramatique Denis Llorca, René Loyon, Pierre Debauche, a fait partie de la compagnie de théâtre de rue « Éclat Immédiat et Durable » pendant 7 ans, a également travaillé avec Laurent Vacher, Cécile Backes, Vincent Martin, Laurence Andreini… Est titulaire du diplôme d’état et dirige des ateliers artistiques en partenariat avec le Théâtre 71 de Malakoff, le théâtre de Melun/Senart ainsi que le Nouveau Relax à Chaumont.

Jonas Marmy est comédien. Il a joué dans L’âge des poissons, Tentative de disparition et Désirer tant.

Né en Suisse en 1985, Jonas Marmy entre à l’école du Théâtre National de Strasbourg (TNS) en 2007 après une année au conservatoire de Genève.
Il joue ensuite sous la direction de Bernard Bloch (Nathan Le Sage, Lessing), Vladimir Pankov (Le Syndrôme d’Orphée, Cocteau, Maïakovski, Vidy-Lausanne, Moscou), Julien George (Le Moche, Mayenburg), Hervé Loichemol (La Boucherie de Job, Paravidino), Geneviève Pasquier (DADA), Betty Heurtebise (Les Enfants Sauvages, De Fombelle), Julien Pochon (Les Chaussettes, H. Millot), Mirabelle Rousseau (Le Précepteur, Lenz), Marc Soriano (Le Fils, Foss), Claire Nicolas (Peanuts, Paravidino), Laetitia Barras (Septembre, L. Barras), Xavier Marchand (Bérénice, Racine), Charlotte Lagrange (L’âge des Poissons, Tentative de disparition et Désirer Tant, C. Lagrange), Pauline Ringeade (Assoiffés, W.Mouawad), Hugues De La Salle (Les Enfants Tanner, R. Walser), Fréderic Baron (La Place Royale, Corneille), Maëlle Poesy (Candide, Voltaire-K.Keiss) et Laurent Vacher (Mes amis, P. Malone)
Au cinéma, il suit un stage sous la direction de Pascale Ferran et Céline Sciamma puis tourne dans Fin d’été, de Marion Desseigne de La FEMIS, Amours monstres, de Julien Lecat, Cœurs, de N-P. Réveillard et Je ne suis pas ton pauvre de Stéphane Vuillet et Jacques Gamblin.
Auteur-compositeur-interprète, il chante ses chansons au piano dans son concert Nuit Polaire, chante les poétesses qu’il met en musique dans Quand tout sera muet, joue et chante dans Zazous Zaz!, tour de chant swing qu’il a co-créé et fait partie d’un quatuor nommé Jazz Carbonic.

Constance Larrieu a repris le rôle de Véra dans Désirer Tant depuis 2019. Après avoir été comédienne lors de la mise en lecture des Petits Pouvoirs à Théâtre Ouvert lors du festival du Jamais Lu, elle sera collaboratrice artistique pour la mise en scène de Charlotte Lagrange.

Constance Larrieu est metteure en scène, comédienne et musicienne. Elle a mis en scène
La Fonction de l’orgasme d’après W. Reich, Manque de S. Kane, Canons de P. Bouvet ainsi que de nombreux spectacles avec des ensembles musicaux. Pour le jeune public, elle a écrit et mis en scène Un Flocon dans ma gorge, commande du Théâtre de Sartrouville pour le festival Odyssées 2020. Pour l’Opéra elle a mis en scène une dizaine de productions en France et en République Tchèque.
Elle codirige la compagnie Jabberwock avec Didier Girauldon. Ensemble ils collaborent sur plusieurs créations théâtrales en France et au Canada et défendent les écritures contemporaines et le théâtre musical.
Comme comédienne elle a joué sous la direction de Charlotte Lagrange, Émilie Rousset, Ludovic Lagarde, Guillaume Vincent, Jean-François Sivadier, Simon Delétang, Sylvain Maurice, J-P Vidal, Mani Soleymanlou, Youri Pogrebnitchko, Jonathan Michel etc.
Elle a été membre du collectif artistique de la Comédie de Reims de 2009 à 2014.
Sa pratique théâtrale est indissociable de sa pratique musicale et elle cherche à tisser des liens toujours forts entre les deux disciplines.

Sidney Ali MEHELLEB jouera Etienne dans Les Petits Pouvoirs après en avoir été lecteur lors du festival du Jamais Lu.

Après une formation d’acteur au Studio Théâtre d’Asnières et plusieurs années de travail au sein de la compagnie de celle-ci, Sidney travaille avec plusieurs metteurs et metteuses en scène à travers toute la France. En parallèle, il commence à écrire pour la scène. Sa première pièce BABACAR ou l’Antilope reçoit l’Aide à La Création du Centre National du Théâtre en novembre 2013. Il met en scène le spectacle en janvier 2017 au Théâtre 13 Seine Paris et le jouera en tournée. Grâce à cette pièce, Le Centre National des Écritures du Spectacle – La Chartreuse Villeneuve Lez Avignon lui propose une résidence. SPLIT voit le jour, une histoire d’amitié brisée par le nationalisme montant en Ex-Yougoslavie. Grâce à BABACAR ou l’Antilope toujours, Sidney devient auteur en résidence à La Nacelle Aubergenville, alors sous la direction de Eudes Labrusse. Il y écrit une pièce « pour piscine » LE SAUT DE L’ANGE qui sera mis en scène par Aurélie Van Den Daele (directrice artistique du Deug Doen Group). Avec le Deug Doen Group, Sidney joue dans ANGELS IN AMERICA de Tony Kushner et L’ABSENCE DE GUERRE de David Hare. Il écrit et participe à la dramaturgie de la dernière création MÉTAMORPHOSES d’après OVIDE et Ted HUGHES.
La collaboration avec Aurélie Van Den Daele continue lorsqu’elle lui commande une pièce. Ce projet s’appelle SOLDAT.E INCONNU.E, texte qui obtient l’aide à la création ARTCENA en mai 2018. Le spectacle sera créé à Théâtre Ouvert en octobre 2020. Pour le Théâtre, Sidney a écrit également ICHAM, QUATRE PAR TROIS, SWING RING, MAESTRIA d’après Le Maître et Marguerite de M. Boulgakov et WHITMAN & CO d’après le Cercle des Poètes Disparus. Et pour le cinéma, DE VRAIS P’TITS MOINEAUX (court métrage) et PORTRAITS (long métrage). Chaque année, Sidney mène des ateliers de transmission autour de l’écriture théâtrale, des ateliers de création et de jeu avec des enfants ou des adultes amateurs. Ces projets mènent, pour la plupart, à écrire pour le groupe qui participe à ces ateliers. L’objectif est de se mettre au coeur du processus de création, d’inspirations qui conduit au jeu, à l’écriture et à la créativité.

Hugues de la Salle est comédien et metteur en scène. Il a joué L’âge des poissons, Aux Suivants et Désirer tant. Il a également accompagné dramaturgiquement Tentative de disparition.

Après un cursus en lettres modernes et en études théâtrales à l’ENS de Lyon, il est reçu en 2008 à l’école du Théâtre National de Strasbourg. Il y travaille avec Jean-Pierre Vincent, Julie Brochen, Laurence Mayor, Claude Régy, Krystian Lupa, Bruno Meyssat, Françoise Rondeleux (chant),… Il y met en scène Faust de Goethe, puis La Poule d’eau, de Witkiewicz. Hors TNS, il a monté Yvonne, Princesse de Bourgogne de Gombrowicz, Yaacobi et Leidental, de Hanokh Levin (au cours d’une résidence à Mayotte), Les Enfants Tanner, de Robert Walser (Théâtre de l’Opprimé, Studio-Théâtre de Vitry), Roberto Ivre, de Marie Birot (festival En Actes, Lyon). Il a joué avec Julie Brochen (Dom Juan, le cycle du Graal Théâtre, au TNS), Charlotte Lagrange (L’Âge des poissons, Aux Suivants, Désirer tant), Laurent Bénichou (La Nuit électrique, de Mike Kenny), avec le collectif Notre Cairn (Sur la Grand-route, de Tchekhov, La Noce de Brecht, en tournée en Alsace et en Lorraine), Catherine Tartarin (Ce samedi il pleuvait d’Annick Lefebvre, TAPS Strasbourg), Bérangère Vantusso (Longueur d’Ondes, histoire d’une radio libre), ainsi que dans de nombreux cabarets musicaux et théâtraux avec Les Cabarettistes et le collectif des b-Ateliers (Péniche Adélaïde).

Samuel Favart-Mikcha est créateur sonore, musicien et compositeur. Il est de toutes les créations de La Chair du Monde et travaille avec Charlotte Lagrange depuis leur rencontre à l’école du Théâtre National de Strasbourg. Après une licence d’Arts du spectacle à Paris III, il se forme à l’Ecole du TNS entre 2007 et 2010. Depuis il réalise les créations sonores et musicales sur les spectacles de Charlotte Lagrange (Compagnie La Chair Du Monde) : L’âge des poissons, Aux suivants, Tentative de disparition, Désirer Tant, et de Maëlle Poésy (Compagnie Crossroad) : Purgatoire à Ingolstadt, Candide, Le chant du cygne / L’Ours, Ceux qui errent ne se trompent pas, Dissection d’une chute de neige, Inoxydables. En tant que créateur sonore et musicien/compositeur il a également collaboré avec Jean-Paul Wenzel, Joël Jouanneau, David Clavel, Vincent Ecrepont, Carine Piazzi, la compagnie Graines de Soleil, la Stratosphère, le Collectif La Galerie, et en tant que créateur lumière avec le Collectif De La Bascule. En tant que régisseur, il a participé aux tournées de spectacles de Jean-Louis Martinelli, Bruno Bayen, David Lescot, Jacques Rebotier et assuré la régie générale du festival d’art de rue Awaln’Art (Maroc, 2013).

Camille Riquier est scénographe. Elle travaille sur chaque spectacle de la compagnie depuis Aux Suivants, élaborant l’espace au fil du processus d’écriture et en dialogue avec les propositions scéniques des comédiens.

C’est d’abord par le jeu théâtral que Camille RIQUIER explore le spectacle vivant. Elle participe à de nombreux ateliers autour du corps et du jeu masqué avant de se tourner vers la scénographie (Yoshi Oïda, Théâtre du Soleil, compagnie Dérézo).
Elle obtient en 2007 une maîtrise d’Arts Plastiques à l’université Rennes 2 puis poursuit une formation de scénographie à l’ENSA de Nantes et obtient un DPEA avec les félicitations du jury.
Son activité professionnelle s’oriente vers les différents champs d’application de la scénographie. Ainsi, elle collabore à des projets variés dans le théâtre, la danse, les arts de la rue et l’espace public, l’exposition, l’opéra, le cinéma (Julie Berès, Chalotte Lagrange, Julien Jeanne, Dan Jemmett, Peter Brook, Derezo, Alice Zeniter…). De retour à Rennes, elle intègre en 2019 les Ateliers du Vent en tant qu’artiste établie.
Dans ses recherches, elle développe une dramaturgie de l’espace sensitif et de la métamorphose entre transition et circulation et s’attache aux possibles confrontations des matériaux.
En 2010, elle crée l’association Lieux Dits Scénographies et réalise des projets artistiques à échelles variables en tant que scénographe et metteuse en scène autour des questions liées au territoire (Miss Alaska USA, Emergency, Désorientation, Entre-vues, Caravansérail…).
C’est en intervenant dans l’espace public qu’elle trouve son expression poétique mêlant les arts plastiques et la scénographie autour de problématiques sociales et politiques, contextuelles.
 Son site internet est ici.

Mathilde Chamoux est éclairagiste. Elle signe les lumières des spectacles de Charlotte Lagrange depuis Désirer Tant.

Après un BTS audiovisuel option image et un master d’études théâtrales, Mathilde Chamoux intègre la section Régie-Création de l’École supérieure d’art dramatique du Théâtre national de Strasbourg. Depuis 2013, elle travaille comme créatrice lumière avec différents artistes et metteurs en scène (Matthieu Cruciani, Jean Louis Hourdin, Sigrid Bouaziz et Valentine Carette, Jean Christophe Blondel, Malika Djardi, Katia Ferrera, Sarah Tick, Pauline Masson, Lola Naymark…).

Pour la dramaturge et metteuse en scène Tiphaine Raffier, elle recrée les lumières de Dans le nom puis signe celles de France-fantôme au Théâtre du Nord – Centre dramatique national Lille Tourcoing Hauts-de-France.

Mathilde Chamoux collabore avec L’In-Quarto, la compagnie de Julie Duclos, depuis 2014 et le spectacle Nos Serments ; elle éclaire ensuite MayDay de Dorothée Zumstein au Théâtre National de la Colline, puis Pelléas et Mélisande de Maeterlinck créé au Festival d’Avignon 2019 et en tournée la saison dernière, notamment à l’Odéon-Théâtre de l’Europe. Elle multiplie par ailleurs les collaborations avec de nombreuses metteuses en scène : elle conçoit ainsi les lumières de Susan d’après Susan Sontag par Alix Riemer et Nos Solitudes écrit et mis en scène par Delphine Hecquet.

Pour Maëlle Poésy, Mathilde Chamoux a réalisé les lumières des spectacles Inoxydables de Julie Ménard, Dissection d’une chute de neige de Sara Strisberg ainsi que de 7 minutes de Stefano Massigny au Théâtre du Vieux Colombier Comédie Française.

Elle éclaire cette saison 2020/2021 la 5eme création du collectif L’Avantage Du Doute ainsi que Dans les Murs, écrit par Vincent Farasse et mis en scène par Didier Girauldon et Constance Larrieu.

Pour Simon Delétang, elle créer en Janvier 2021 les lumières d’Anéantis, de Sarah Kane, au Studio de la Comédie Française.

Mélanie Péclat est créatrice sonore pour la compagnie. Elle a créé le son de L’Araignée et elle conçoit également le podcast Quand la ville se lève en collaboration avec Charlotte Lagrange.

Elle est docteure en sciences politiques et créatrice sonore pour le spectacle vivant. Elle collabore en 2018 avec Bérangère Vantusso sur le spectacle Longueur d’Ondes, crée des déambulations sonores depuis 2019 avec Lola Naymark dans le cadre du projet Les rues n’appartiennent en principe à personne et assure en 2020 la création sonore du Bleu des Abeilles de Valentina Arce et de L’Araignée de Charlotte Lagrange. En tant que formatrice, elle intervient pour le Théâtre de La Colline, le CDN de Sartrouville,  le Théâtre Dunois et la Maison du Geste et de l’Image, dans le cadre d’un travail pédagogique autour de la fiction sonore. Elle crée en 2020 la compagnie LE FEU AU LAC autour du projet Est-ce qu’il y a quelqu’un ici qui pense à la France?

Juliette Gaudel est costumière. a fait des études d’arts appliqués, de théâtre et de couture, puis un Diplôme des Métiers d’Arts de Costumière à la Martinière-Diderot, à Lyon.
Depuis elle partage son temps entre ses créations pour des compagnies indépendantes -avec Sophie Guibard et Emilien Diard-Detoeuf pour le TDLM, Christian Duchange pour la Cie l’Artifice, Olivier Letellier pour le Théâtre du Phare, Florian Goetz pour La Cie des Arpenteurs, Eric Herson-Macarel pour la Cie Abernuncio…et des assistanats, pour l’Opéra de Lorraine et l’Opéra de Montpellier, avec Raffaëlle Bloch pour Jean-Louis Hourdin, avec Katrin Hoffman pour Falk Richter, avec Camille Vallat pour Maëlle Poésy…. Elle travaille enfin à la réalisation en atelier, au Théâtre National de Strasbourg ou encore à l’Opéra Bastille.
Sa curiosité́ la pousse à étendre ses domaines de travail : stage avec une bottière pour la création de chaussures sur-mesures en Italie, animation de stage de création costume et d’arts plastiques avec des enfants de primaire; et travail en atelier déco-costumes, notamment à l’Opéra de Bordeaux.

Valentine Alaqui est comédienne. Elle accompagne la recherche dramaturgique et scénique de la compagnie et a été collaboratrice artistique à la mise en scène durant sur Désirer tant et L’Araignée. En tant que comédienne elle a également mené des ateliers de jeu et des créations participatives.

Elle commence son parcours en tant que danseuse, suivant un cursus danse-études à Paris puis à Montréal. Elle poursuit sa formation à l’École Nationale de Cirque de Montréal. Après des études en arts plastiques, elle revient en France et intègre l’école du Théâtre National de Strasbourg. Elle y rencontre Charlotte Lagrange et Maëlle Poésy, travaille avec Gildas Milin, Jean-Paul Wenzel, le Théâtre-Laboratoire Sfumato de Sofia et Joël Jouanneau. Elle retrouve ce dernier pour Jojo le récidiviste et PinKpunK cirKus. Elle joue pour Laurent Vacher, Laurence Andréini et Maryline Pape. Elle travaille avec Cyril Teste pour Tête Haute et Nobody, avec Pauline Bureau pour Dormir 100 ans et avec Julie Berès pour Petit Eyolf et Soleil Blanc. Elle collabore à la mise en scène de Désirer Tant de Charlotte Lagrange. Devant la caméra, elle tourne entre autres dans Le cerveau d’Hugo de Sophie Révil, Les petits meurtres d’Agatha Christie et Illettré de Jean-Pierre Améris.

Julie Palmier est comédienne. Elle a joué dans L’âge des poissons, Aux Suivants, Tentative de disparition et Désirer Tant.

Elle a été formée au conservatoire de Toulon, puis d’Avignon et enfin à l’école du TNS, où elle travaille avec Alain Terrat, Pascal Papini, Stéphane Braunschweig, Gildas Milin, Jean-Paul Wenzel, les Sfumato, Joel Jouanneau….
Elle joue ensuite sous la direction de Jean-Louis Hourdin dans Jean La Chance, de Cyril Cotineau dans Oreste, de Jean-Francois Matignon dans W/GB 84 et Penthésilée pour Avignon IN en 2012 et 2016, de Frédéric Baron dans La Place Royale pour le festival Villeréal, de Clément Clavel et Chloé Catrin / Compagnie La Stratosphère dans Maleine et Karoo, de Charlotte Lagrange / Compagnie La Chair Du Monde dans On est pas là pour disparaître, L’Âge des poissons, Aux Suivants, Tentative de Disparition et Désirer Tant. Elle travaille aussi avec la compagnie Hélios Perdita pour des lectures en festival et bibliothèques, et avec Mary Léaument pour du Théatre Forum sur la sexualité et la contraception. Et récemment elle a tourné sous la direction de Nils Tavernier dans la série La faute.

Gen Shimaoka jouera le rôle de Toshi dans Les Petits Pouvoirs.

Originaire de Kyoto au Japon, Gen est comédien et musicien. Il réside en France depuis 1990. Formé comme contrebassiste, il découvre en 1998 le monde du spectacle pour lequel il nourrit immédiatement une passion. Il débute dans le cabaret et le cirque, puis travaille au cinéma et au théâtre. Au théâtre, il a collaboré avec Irina Brook (‘Peer Gynt’, ‘Pan’) et Delphine Hequet (‘Les Evaporés’). Coté cirque, il a travaillé avec Angela Laurier (‘Mon Grand Frère’) et Les Colporteurs (‘Diabolus In Musica’). Au cinéma, il a notamment joué dans « Inju » de Barbet Schroeder, « Stupeur Et Tremblement » d’Alain Corneau et « La Vie Lointaine » de Sébastien Betbeder. Il tient actuellement le rôle de Angakok le Chamane dans la télé-série ‘Ovni(s)’ sur Canal+.
Issu de la Juilliard School de New York (Contrebasse, Programme d’études professionnelles), il a également un master de musique (contrebasse) de la Southern Methodist University (Dallas, Texas) et un bachelor en arts (littérature anglaise) de la Kwansei Gakuin University (Japon).
Il a étudié avec François Rabbath (contrebasse), Peter Elkus (chant lyrique), Masaki Iwana (danse Buto) et Kisaima Kineya (Shamisen).

Ancien élève de l’école du TNS, Jean-Baptiste Verquin intègre avant sa sortie la troupe du Théâtre National de Strasbourg, dont il sera membre de 2001 à 2003. il y travaille avec Stéphane Braunschweig, Laurent Gutmann et Jean-François Peyret, il travaillera ensuite sur de longs compagnonnages avec Julie Brochen, Sylvain Maurice, Nicolas Kerzenbaum et plus récemment Charlotte Lagrange sur L’âge des poissons.
Parallèlement entre 2001 et 2012, il a été membre fondateur du Groupe Incognito, collectif artistique pluridisciplinaire d’anciens eleves de sa promotion… Au cinéma on a pu le voir chez Bertrand Bonello ou encore Alex Pou.

Guillaume Fafiotte est comédien. Il a participé aux créations de l’Age des Poissons et d’Aux Suivants.
Sorti lui aussi du groupe 38 du Théâtre National de Strasbourg il a joué notamment sous la direction de Lisa Wurmser, Didier Bezace, Antoine Bourseiller, Julie Timmermann. Il participe à la création de plusieurs spectacles avec Jean Boillot, directeur du NEST CDN de Thionville Lorraine et fait partie depuis 2013 de la Compagnie du Théâtre du Phare – Olivier Letellier avec laquelle il a le bonheur de tourner le spectacle Oh Boy! adapté du roman de Marie-Aude Murail, d’avoir créé en 2018 La Mécanique du Hasard d’après un roman de Louis Sachar et d’explorer à travers de nombreux ateliers, rencontres, stages les chemins de la transmission auprès des publics adolescents.

Martin Selze est comédien. Au théâtre, il travaille sous la direction de David Lescot, Laurent Vacher, Suzanne Osten (Suède), Mathieu Bauer, Laurent Fréchuret, Arnaud Churin, Hélène Mathon, Laurence Hartenstein, Ulf Andersson (Suède) . Il est co-fondateur de la compagnie Sentimental Bourreau avec laquelle il a crée des spectacles depuis 1990 et dont Mathieu Bauer est directeur artistique à partir de 2000. Il a participé à plusieurs créations de spectacles de rue avec les compagnies Eclat Immédiat et Durable et La Langue Ecarlate. Il travaille également à la radio et pour des productions cinéma et télévision. Il dirige des ateliers pour enfants, adolescents et adultes (Théâtre 71, Théâtre du rond point, Cdn de Mulhouse, Maison des enfants, etc…). Actuellement il co-signe avec S.Farison, G.Rannou, J.Rudent-Gili un spectacle sur Derrida et la peinture, La vérité en pointure et prépare un spectacle de rue, Popcorn Factory.

Sabrina Fuchs débute son parcours en tant qu’administratrice de production dans le spectacle vivant en 2009, au sein de compagnies (La Mauvaise graine – Arnaud Meunier, Le TOC – Mirabelle Rousseau, L’individu – Charles-Eric Petit, Cie Théâtre de Nénéka – François Orsoni, Radio Femmes fatales – Maya Boquet) et de structure institutionnel (La comédie de Saint-Etienne sous la direction d’Arnaud Meunier).
En 2013, elle oriente une partie de son travail vers l’accompagnement et le positionnement au travail dans le secteur du spectacle vivant, elle crée et co-dirige pendant 4 ans le bureau Les aiguilleuses. La même année, elle rencontre Charlotte Lagrange, elle administrera et co-dirigera la compagnie La Chair du Monde entre 2013 et 2017.
En 2016, elle continue d’étayer sa pratique professionnelle et sa posture d’accompagnement avec un Master 2 en Sociologie clinique et psychosociologie à Paris VII.
Elle continue aujourd’hui sa démarche d’accompagnement en tant que Psychosociologue et administre la compagnie de Tiphaine Raffier – la femme coupée en deux.

Claire Gondrexon est éclairagiste. Après une formation au DMA régie du spectacle spécialité lumière de Nantes (2005) ainsi qu’à l’école du TNS(promotion 2008), elle y travaillera au côté de Marie Vayssière, Richard Brunel, Daniel Jeanneteau et Marie-Christine Soma.
Apres avoir accompagné en régie lumière les spectacles de Jean-François Sivadier, d’Éric Lacascade et de Denis Podalydès, elle à participé aux créations de Charlotte Lagrange, Matthieu Boisliveau, Bertrand Bossard, Laurent Vacher.
Elle crée les lumières régulièrement du groupe La galerie, menée par Céline Champinot, de Lorraine de Sagazan, de Noémie Rosenblatt ainsi que du collectif Ubique. Elle travaille également avec le collectif norvegien de théâtre visuel The Krumple ainsi qu’avec Simon Gauchet sur un projet franco-japonais.

Le bureau de la compagnie est constitué de Camille Froehlinger-Klein, Chantal Regairaz, Lorédane Besnier, Olivier Neveux, Annette Tuefferd, Tosha Hémon et Bernard Saam. Merci à eux !